Notre-Dame

Posté dans : Blog | 0

Notre-Dame

Je n’ai jamais visité Notre-Dame de Paris. Pour tout dire, j’ai été pendant de longues années réfractaire à entrer dans tout édifice religieux, exception faite pour les baptêmes, mariages et enterrements auxquels ma présence était requise ou souhaitée.

Puis, ma représentation a changé. Non pas que la foi me soit tombée dessus par un dimanche de pluie, mais cheminant de-ci, de-là, j’ai touché, retouché, parfois du bout des doigts, parfois à pleines mains, les croyances de nos ancêtres.

Dès lors, entrer dans une église, cathédrale, basilique m’a paru relever d’autre chose.

Honorer Marie et Dieu, cela peut être honorer la terre et le ciel qui, chaque jour et sans faille, nourrissent et supportent. Reliant alors, sans doute, l’édifice religieux aux lieux sacrés anciens.

Moins souvent, j’ai pu entrer dans une synagogue ou une mosquée, même si je me souviens de mes pas, le dos en partie recourbé, dans une mosquée de Tombouctou il y a plus de dix ans.

Lundi, Notre-Dame de Paris a brûlé. Sa charpente et son toit ont brûlé.

Notre-Dame. Est-ce la terre ? La terre qui brûle ?

L’édifice, après avoir été fleuron, est devenu lieu de désolation. Éteint, noirci, souillé.

Pourtant, quelque chose me plaît. Oh, pas que la religion catholique ait été mise à mal, mais j’admire le trou béant, ouvert dans la voûte par la flèche écroulée.

Le visiteur peut-il maintenant poser fermement les pieds sur le sol, sur la terre, lever la tête et découvrir le ciel ?

Le visiteur peut-il, là au milieu du chaos, retrouver sa posture d’être humain, verticale, se dresser, reliant le haut et le bas ?

Je me lève. Pourquoi ne le pourrais-je pas, moi, ici ? Sortir. Faire quelque pas. Sentir le sol. La terre.

Mes pieds dans la terre. Puis me dresser, non par fierté, mais dignement. Reconnaître mon lien à tout ça, peu importe comment les uns et les autres choisissent de le nommer. Le lien à la vie, peut-être ?

Respirer, sentir, lever la tête.

Le ciel d’aujourd’hui est sombre, gris, mais il est là. La terre est verte, belle. Elle est là. Notre-Dame.