Les lendemains

Posté dans : Blog | 0

Les lendemains ont du bon aussi.

Me voilà en amerrissage de ce premier cycle de quatre représentations des mes Histoires à vivre debout.

Finalement, elles représentent à peine cinq heures et des poussières sur scène, à La Hulpe et à Bruxelles, douze heures si on y ajoute les échauffements et préparations du moment, vingt ou vingt-cinq si on cumule les verres et rencontres du public qui ont suivi.

Si j’essaye de me remémorer tout le parcours, le décompte devient plus hasardeux : près de trois ans que l’idée a germé, des mois de doute(s), des étapes de travail en tous genres, de l’introspection, du plaisir, de riches échanges avec Valériane, organiser les premières, un shooting photo, promouvoir le spectacle, préparer le bar, suivre les réservations …

Et m’y voilà donc …

Touché par l’accueil du public, par le soutien reçu, visible et invisible, par la conviction renforcée que la mort et la vie m’enseignent à être bien vivant, par la force des mots et du partage, par …

Là aussi, le décompte est ardu.

Le sourire est là. Cela suffit.

Merci, je dirais.
Alors je le dis : merci !

Restera, après l’amerrissage, à plonger dans mon regard sur la suite, à écouter ce que le spectacle a encore à me dire, à discuter avec lui de ce que nous pouvons continuer à faire ensemble.

Si un chemin s’ouvre devant nous, il m’incombera de vous en avertir.

Vous imaginez bien que je n’y manquerai pas.

Au plaisir !

Couché, accroupi, debout, assis, dansant, vivons !

#histoiresavivredebout
#tobecontinued